CLAUDE FARGE

7 PAINTINGS

Sur ce site, sept peintures

Des peintures à l'huile, les dernières sorties de l'atelier

Régulièrement mises à jour

Seulement sept toiles

C'est la règle

1

2

3

4

5

6

7

 

« Heureuse surprise de découvrir le monde de Claude Farge, qui a l’air de se liquéfier, de fondre…..Très impressionnant… Il faut plisser les yeux pour deviner, lorsque nos cils se rejoignent, les hommes qui, quoiqu’ils fassent, nous adressent des signes de détresse comme s’ils étaient égarés… comme toujours «définis à moitié »... »

 

Robert Guédiguian

« Claude Farge paintings touches me in a very deep way. It's as he found an access to an unconscious mental and spiritual map where the complex different part of ourself, what's real and what's dream (or invisible) can coexist in the cosmos of his paintings. There is a part of mystery that makes you wanna dive into it for a very long time... »

 

Yael Naim

7 PAINTINGS

CLAUDE FARGE

 

Né à Marseille, Claude Farge passe son enfance dans le village de Pagnol, décor de romans et de films.

Pour lui, tout est prétexte à mettre le monde en intrigue. Comme ces crèches qu’il aime contempler.

Adolescent, il construit des dioramas. Véritable théâtres où évoluent des figurines de plomb peintes par ses soins.

 

Monté à Paris pour ses études, il en profite pour grimper sur scène et travailler son jeu à l'Actors studio. 

 

Il s'y plait, mais veut aller plus loin, inventer lui-même les histoires. Il décide donc de passer de l'autre côté, et réalise de nombreux jeux vidéo. Pendant 15 ans, il travaille pour les plus grands studios : Ubisoft, Cryo, Electronic Arts... Toujours cette fascination pour les univers parallèles, fictifs, parfaitement irréels mais troublants de réalisme.

 

Le dessin reste central : Claude Farge dessine des storyboards, conçoit des personnages, imagine des décors.

En parallèle, il écrit et réalise des courts et des moyens métrages de fiction dont plusieurs ont été primés en festival. Gangsters prestidigitateurs, aristocrate prétendument immortel, paysans naïfs devenus bourreaux... la caméra s'amuse à désarçonner le spectateur, préférant le vertige à la vérité. 

Depuis 2010, Claude Farge se concentre sur la peinture. Ses toiles s'enrichissent de ses expérimentations dans les autres médias. Dans des paysages élémentaires, il met en relation des personnages, juxtapose des saynètes, tissant des liens invisibles entre grotesque et sublime. 

Il dirige actuellement une institution culturelle parisienne dédiée à l'image, mais continue de se lever tous les jours à cinq heures pour peindre.